En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

pop-up-enquete-CFAO

Dentistes de demain, pas des années 80 !

0

Toutes ces manifestations n’ont eu comme seul but que de PROTÉGER NOTRE EXERCICE LIBERAL CONTRE SA MARCHANDISATION.

Aujourd’hui, nous sommes arrivés au pied du mur. Le plafonnement de tous nos actes prothétiques principaux imposé de force à des niveaux inacceptables va tuer le peu de liberté qu’il nous restait.

Il n’y aura pas de seconde chance, parce que nous sommes conscients de cette réalité qui s’impose.

Confrontés toutes les semaines à ces technocrates qui veulent nous priver de toute liberté tarifaire et finir d’encadrer le peu d’honoraires libres restants, nous savons parfaitement où tout cela va nous mener :

  • pour certains à la faillite économique pure et simple.
  • pour d’autres, à la baisse de qualité et des choix déontologiques douloureux
  • pour ceux qui pensent s’en sortir, ils subiront les conséquences dans 5 ans, quand l’inflation et l’augmentation de leurs charges ne pourront être compensées

Dentistes-de-demain-pas-des-annees-80

Il est temps de se réveiller. Il est temps d’appeler tous les acteurs de la profession que l’on connait et leur expliquer la situation.

Je le répète, il n’y aura pas de seconde chance ou de plan B. Une fois ces plafonds prothétiques installés, comme l’ont été les soins dans les années 80, plus rien ne bougera, tout sera figé dans le marbre pour les 30 prochaines années.

L’heure du choix sonne. Et c’est ici et maintenant. Jamais il n’y eut de choix plus important. Jamais de responsabilité plus grande.

Parce qu’au-delà des apparences et de la communication, au-delà des chiffres et des statistiques présentés comme nécessité, nous savons les conséquences, nous savons les risques pour nos patients.

J’en appelle à la responsabilité individuelle de chacun, à la prise de conscience collective de TOUTES et TOUS.

Il faut que tous les acteurs de la filière dentaire nous rejoignent dans ce combat. Ne laissez pas les autres vous défendre à votre place et rejoignez-nous le 3 Mars à Paris.”

Partager

A propos de l'auteur

Patrick Solera

Président de la FSDL

Laisser une réponse