En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

La coopération, c’est maintenant !

0

Les négociations conventionnelles n’ont pu aboutir. Le plafonnement des tarifs des chirurgiens-dentistes pour les prothèses dentaires, pourrait tout de même être de rigueur. La Ministre Marisol Touraine ayant promis un règlement arbitral sur la question, ce serait donc le dogme politique du “prix bas” et du nivellement par le bas qui devraient l’emporter.

S’en serait fini de la qualité des soins et des réalisations prothétiques ; fini du choix de traitement raisonné, fini des prothèses complexes et de l’esthétique. Les patients, quels qu’ils soient, devront se contenter de prothèses bas de gamme, certes moins chères.

Les prothésistes dentaires et l’UNPPD, après avoir tenté de faire entendre leur point de vue, décident de ne pas être le dommage collatéral du dogmatisme des uns et du mercantilisme des autres.

Une voie responsable existe, celle de la vérité et de la transparence. Celle dans laquelle, le patient choisirait librement la qualité, l’origine et le coût de sa prothèse. Celle où le praticien serait rémunéré en juste proportion du travail effectué.

Les prothésistes dentaires et les praticiens doivent lutter ensemble contre les décisions arbitraires ou arbitrales. Avec les assurances et complémentaires santé, l’ensemble des acteurs de la prothèse dentaire : de sa prescription à sa fabrication et à son financement, doivent élaborer un système garantissant aux patients des réalisations fonctionnelles et esthétiques de qualité, garantissant leur santé à long terme et en fonction de leurs choix tant qualitatifs qu’économiques.

Démontrons-le ensemble aux pouvoirs publics, le 3 mars prochain : la coopération, c’est maintenant !”

Partager

A propos de l'auteur

Laurent Munerot

Président de l'UNPPD

Laisser une réponse