En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

Ostéotomie crestale sans comblement

0

Le traitement de l’édentement maxillaire postérieur est une préoccupation quotidienne. Le sinus maxillaire continue sa pneumatisation tout au long de la vie. Ceci aboutit à une diminution de la hauteur osseuse crestale sous sinusienne. Pour mettre en place un implant dentaire dans ces zones, plusieurs techniques ont été décrites au cours des 30 dernières années : le comblement de sinus par voie latérale décrit par Tatum ou l’élévation du plancher sinusien par voix crestale décrite par Summers. Depuis une dizaine d’années, l’équipe de Genève a publié de nombreux articles sur cette technique en essayant de repousser les limites fixées par Summers, qui défi nit une hauteur résiduelle minimale de 6 mm. Leur dernière publication montre des taux de succès équivalent a ceux de la voie crestale dans les cas de sinus très résorbés avec moins de 3 mm de hauteur osseuse résiduelle.

Parallèlement à ces études, d’autres se sont intéressés à la nécessité de mettre en place un matériau de comblement. Tous les auteurs s’accordent sur le fait que la technique est comparable à la régénération osseuse guidée dans la mesure ou la membrane de Schneider joue le rôle membrane ostéoinductrice et l’implant joue le rôle de piquet de tente. Pour Si et Zhuang, les groupe avec matériau et les groupes sans présentent la même hauteur résiduelle à 36 mois en raisons d’une fonte de biomatériaux dans le premier groupe et d’une régénération dans le second. Cette technique a l’avantage également de limiter le risque d’infection en cas de perforation de la membrane sinusienne dans la mesure où le matériau de comblement ne colonisera pas le sinus.

Ces traitements vont donc dans le sens d’une approche minimalement invasive. En effet, ces techniques évitent de réaliser deux interventions. Une revue systématique de la littérature de Pjetursson de 2014 sur l’ostéotomie crestale montre que cette technique est plus prédictible que la voie crestale pour une hauteur résiduelle de 5 mm. Aux vues des résultats de Nedir et Bishoff, la stabilité primaire de l’implant semble guider le traitement. Leurs seuls échecs ont été remarqués lorsque les corticales crestales et intra-sinusiennes fusionnaient.

Ostéotomie crestale

Cas clinique

Une patiente de 31 ans enceinte de 5 mois se présente avec une fracture longitudinale de 16. La dent est extraite avec mise en place d’une éponge de collagène et la réalisation d’une suture matelassée horizontale. Nous revoyons cette patiente 18 mois plus tard avec le Cone Beam. La hauteur osseuse résiduelle est de 2,5 mm. La patiente ne souhaite pas de comblement avec un biomatériau. Nous décidons donc de réaliser une ostéotomie crestale avec mise en place d’un implant Straumann Standard Plus de 4,8 mm de diamètre par 8 mm de long sans apport de matériau. La prothèse est réalisée 3 mois plus tard. À 18 mois, la patiente passe un nouveau Cone Beam pour un problème d’ ATM récurrent depuis 10 ans. Nous profitons de l’examen pour explorer également la zone de l’implant. La hauteur osseuse est de 6,5 mm.

Ostéotomie crestale

Fig. 2 – 3 : Cone Beam préopératoire.

Ostéotomie crestale

Fig. 4 – 5 : radio pré opératoire, post opératoire, le jour de la mise en place de la couronne et en contrôle à 18 mois (on note l’effacement de la corticale intra sinusienne et la formation d’un nouvel os).

Ostéotomie crestale

Fig. 6 : Cone Beam à 18 mois postopératoire. On remarque la nouvelle formation osseuse autour de l’implant.

Cette technique présente donc de nombreux avantages :
  • pose de l’implant en même temps que l’aménagement osseux
  • suites opératoires restreintes
  • coût inférieur pour le patient.

Elle doit néanmoins être réservée à des praticiens expérimentés car il s’agit d’une chirurgie « à l’aveugle ».

A lire

1. PJETURSSON BE, LANG NP. Sinus floor elevation utilizing the transalveolar approach. Periodontol 2000. 2014 Oct;66(1):59-71
2. RABAH NEDIR MARK BISCHOF LYDIA VAZQUEZ SERGE SZMUKLERMONCLER JEAN-PIERRE BERNARD Osteotome sinus floor elevation without grafting material: a 1 year prospective pilot study with ITI implants Clin. Oral Impl. Res. 17, 2006;
3. RABAH NEDIR NATHALIE NURDIN PAUL KHOURY THOMAS PERNEGER MARC EL HAGE JEANPIERRE BERNARD MARK BISCHOF Osteotome sinus floor elevation with and without grafting material in the severely atrophic maxilla. A 1-year prospective randomized controlled study Clin. Oral Impl. Res, 2012
4. SI MS, ZHUANG LF, GU Yx, MO JJ, QIAO SC, LAI HC. Osteotome sinus floor elevation with or without grafting: a 3-year randomized controlled clinical trial. J Clin Periodontol.2013 Apr;40(4):396-403
5. SUMMERS RB.
A new concept in maxillary implant surgery: the osteotome technique. Compendium. 1994 Feb;15(2):152, 154-6

Partager

A propos de l'auteur

Dr. Rémi COLOMB

Ancien Assistant hospitalo-universitaire chargé d'enseignement

Dr. Pierre-Marc VERDALLE

Attaché Universitaire en Parodontologie (Bordeaux)
Ancien Assistant Hospitalo-Universitaire en Parodontologie
Ancien Interne des Hôpitaux de Bordeaux
International Certificate in Periodontology and Implantology (NYU)
Diplômes Universitaires de Parodontologie et d'Implantologie Orale
Responsable Scientifique du CEIOP

Laisser une réponse