En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

Le moral des PLS en chiffres

0

L’ensemble des indicateurs du « climat » général au sein des Professionnels de Santé, en chute depuis 2011, révèlent une légère hausse cette année en atteignant une moyenne de 5 sur 10 (4,4 pour les chirurgiens-dentistes).

Seuls les infirmiers et les chirurgiens-dentistes voient leurs notes négatives progresser significativement : ces derniers s’accordent sur une vision pessimiste de l’avenir (3,6). 49 % des chirurgiens-dentistes déclarent leur intention de recommander à un jeune d’exercer sa profession en libéral.

La première source d’insatisfaction, mentionnée par 48 % des PLS interrogés, est le manque de perspectives de leur métier.

45 % d’entre eux alertent sur leurs conditions de travail et 42 % notent le déséquilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. La difficulté liée aux horaires de travail est soulignée par 46 % des PLS. Enfin, 43 % sont insatisfaits de leur niveau de revenu. Les PLS constatent, de façon unanime (67 %), un rapport déséquilibré entre leur charge de travail et leur rémunération. 72 % des PLS indiquent qu’ils ont l’impression de ne plus faire vraiment leur métier, et nombreux sont ceux qui soulignent le manque de considération à leur égard.

Aujourd’hui, 61 % des professionnels interviewés exercent seuls en libéral, 35 % en « libéraux regroupés » et 4 % en tant que salariés. Interrogés sur le mode d’exercice qu’ils souhaiteraient adopter dans 5 ans s’ils en avaient la possibilité, leurs réponses sont sans équivoque : le pourcentage des « seuls en libéral » chuterait alors à 49 %, celui des « libéraux regroupés » passerait à 44 %, tandis que le salariat en attirerait 19 %… On constate donc, une franche tendance au regroupement, toute population confondue. Et le déconventionnement ? 51 % des PLS concernés se déclarent « ouverts » à cette idée. …

Même si les PLS continuent de questionner ce modèle libéral, mis à mal par le contexte socio-économique et réglementaire, 9 PLs sur 10 demeurent fiers d’exercer ces métiers, qu’ils jugent passionnants, stimulants et utiles à la société.

Source : Observatoire CMV Médiforce des Professions Libérales de Santé 2017

Partager

Laisser une réponse