En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

Une nouvelle nanotechnologie pourrait améliorer la régénération osseuse

0

Une nouvelle technologie mise au point par des chercheurs de l’Université du Michigan pourrait aider les dentistes à améliorer le traitement des patients atteints de perte osseuse. Les scientifiques ont développé une sphère polymère qui délivre une molécule spécifique aux atteintes osseuses qui indique aux cellules le site de la lésion pour réparer les dommages. Par conséquent, la nanotechnologie pourrait ainsi améliorer le traitement de l’implant ou aider les patients atteints de maladie parodontale.

MicroARN, une petite molécule trouvée dans les plantes, les animaux et certains virus, a donné des résultats prometteurs dans la recherche clinique en tant qu’agent thérapeutique pour diverses maladies telles que le cancer et les maladies inflammatoires. Il pourrait également être en mesure d’améliorer la régénération osseuse, d’après la présente étude.

Délivrée dans des cellules souches endogènes, le microARN instruit aux cellules de déclencher leurs mécanismes de guérison et de renforcement des os, a expliqué le Dr Peter Ma, professeur de médecine dentaire et chercheur principal sur le projet. Il est généralement très difficile pour les microARN d’enfreindre la paroi cellulaire, a-t-il ajouté. Cependant, la sphère polymère qu’il a développé avec ses collègues permet à la molécule d’ARN d’entrer facilement dans la cellule et favoriser la réparation osseuse.

L’avantage de cette nouvelle technologie est qu’elle utilise des cellules existantes pour réparer les plaies et réduire par conséquent la nécessité d’introduire des cellules étrangères, qui est une thérapie très difficile pouvant entraîner chez l’hôte un rejet des cellules étrangères ou le développement de tumeurs.

“La nouvelle technologie sur laquelle nous avons travaillé ouvre des portes pour de nouvelles thérapies utilisant des ADN et des ARN en médecine régénératrice et augmente la possibilité de traiter avec d’autres maladies humaines difficiles,” a expliqué le chercheur. Il existe plusieurs applications possibles en dentisterie et en chirurgie maxillo-faciale. En outre, il pourrait aider les patients souffrant d’ostéoporose, ainsi que ceux subissant une chirurgie osseuse ou une réparation des articulations.

Le document, intitulé “Cell-free 3D scaffold with two-stage delivery of miRNA-26a to regenerate critical-sized bone defects” a été publiée en ligne dans la revue Nature Communications le 14 janvier 2016.

Partager

Laisser une réponse