En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

pop-up-enquete-CFAO

Débuter la CFAO sans risque grâce a la prothèse sur implant

0

De nombreuses idées reçues circulent à propos de la CFAO et de la porte d’entrée vers cette CFAO qu’est l’empreinte optique.

Parmi elles, on retrouve régulièrement le fait que la prothèse sur implant devrait intervenir à la fin du processus de formation, au bout de la courbe d’apprentissage, bien après la maitrise numérique de la prothèse sur dents naturelles. En réalité ce n’est absolument pas le cas.

L’objectif de cet article est de prouver que c’est une idée fausse, et qu’en fait l’apprentissage de la prothèse numérique sur implant devrait intervenir au tout début de formation.

Lorsqu’un praticien souhaite réussir ses débuts en CFAO, il doit être conscient qu’il s’engage dans un nouveau monde régi par de nouvelles règles.

Il est nécessaire d’accepter la remise en question d’un certain nombre d’habitudes de travail  (qui perdurent parfois depuis plus de 30 ans) et de comprendre qu’il est nécessaire de modifier sa façon de penser.

Il faut penser « CFAO » et non plus prothèse classique.

Un praticien refusant cette remise en cause et qui souhaiterait pratiquer la CFAO en appliquant les règles de la prothèse classique courrait automatiquement à l’échec.

L’arrivée dans l’univers de la CFAO sur dents naturelles génère des changements dans cinq domaines :

l-univers-de-la-CFAO

  • l’apparition de nouvelles indications
  • la connaissance et l’emploi de nouveaux matériaux
  • l’utilisation de nouvelles formes de préparations
  • l’apprentissage d’une nouvelle technique d’empreinte
  • la connaissance et la mise en oeuvre des matériaux de collage

Si l’on définit la proportion de chacune de ces nouveautés, en termes d’importance de changement pour assurer la réussite du traitement, on peut tracer le tableau suivant :

Ce qui ressort du tableau (fig. 2) est que le changement des formes de préparations représente les 3/4 des proportions soit 75 %. La nouvelle méthode d’empreinte représente 10 %.

Les autres changements sont équivalents à 5 %.

impact-de-la-nouveaute-sur-la-reussite-du-traitement-general

Un praticien débutant la CFAO sur dents naturelles doit donc comprendre :

  • que l’optimisation de la réussite de son traitement dépend de la maitrise de ces cinq points.
  • que s’il n’adapte pas ses formes de préparations, son traitement est voué à l’échec.
  • que 85 % des changements permettant la réussite du traitement ont lieu avant l’empreinte optique (indications, nouveaux matériaux, préparations).

En ce qui concerne la CFAO sur implant, de la même façon que précédemment, on peut définir le tableau suivant :

reussite-du-traitement-en-implantologie

On retrouve les cinq domaines précédemment cités mais les proportions sont modifiées.

  • il n’y a pas de nouvelles indications, il s’agit juste de bien comprendre ce qui peut être réalisé ou non par CFAO (2 %).
  • l’emploi et donc la connaissance des nouveaux matériaux sont limités (2 %).
  • il n’y a pas de nouvelles formes de préparations et il est aberrant d’utiliser des piliers d’usine que l’on retaille puisque les limites peuvent être formées et placées très précisément par l’utilisateur du logiciel de design. D’autre part ces limites sur piliers retaillés seraient automatiquement moins précisément enregistrées lors de l’empreinte optique. (0%).
  • la nouvelle technique d’empreinte se retrouve donc être la seule nouveauté significative (96 %).

couronne-provisoire

Un praticien débutant la CFAO sur implant doit donc se concentrer uniquement sur cette nouvelle technique d’empreinte.

De plus, on a mesuré qu’en moyenne 6 empreintes optiques sur modèle étaient nécessaires avant de pouvoir commencer les empreintes sur patient sans risquer de perdre un temps précieux pour le cabinet.

La courbe d’apprentissage nécessite ensuite une vingtaine de cas avant de maitriser pleinement l’empreinte sur patient.

Durant ce temps d’apprentissage, la durée d’empreinte est tout à fait acceptable et des prothèses sont bien sûr produites et placées en bouche.

Prise-d-empreinte-optique

En conclusion, il apparait évident qu’un praticien souhaitant se lancer dans ce nouvel univers (ce qui est inéluctable à terme…), devrait débuter par la prothèse numérique sur implant.

Un cas simple tel que la réalisation d’une couronne transvissée sur prémolaire ou molaire permet de débuter efficacement sans risque particulier.

Exemple de réalisation d’une prothèse unitaire transvissée avec le système lyra

Il est nécessaire de prévoir deux rendez-vous de 15 minutes chacun.

1ER RDV

  • Préparation du bon de commande par l’assistante (type de prothèse, numéro de la dent, type d’implant)
  • Retrait de la vis de cicatrisation ou de la couronne provisoire (fig. 1)
  • Prise d’empreinte optique avec la caméra Trios 3 (5’) :

Enregistrement-de-l-antagoniste

  • Enregistrement du quadrant considéré en deux fichiers : (fig. 2 à 4)
  • Enregistrement des dents voisines, de leur teinte et du puit gingival au-dessus de l’implant (2’)
  • Vissage d’un scanbody adapté, enregistrement de l’axe et de la position exacte de l’implant (2’)
  • Enregistrement de l’antagoniste (40’) (fig. 5)
  • Enregistrement de l’occlusion (20’) (fig. 6)
  • Replacement de la vis de cicatrisation ou de la couronne provisoire
  • Libération du patient
  • Fin de remplissage du bon de commande (indication de la teinte, date de retour)
  • Envoi du fichier au laboratoire

2èME RDV (fig. 7)

  • Retrait de la vis de cicatrisation ou de la provisoire
  • Essayage et réglage de la prothèse
  • Vissage au bon couple
  • Obturation du puits
Partager

A propos de l'auteur

Dr. Christophe Veillerant

Ancien attaché de Paris V Praticien référent LYRA Pratique la prothèse dentaire exclusive uniquement par CFAO

Laisser une réponse