En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

LEFILDENTAIRE est un site réservé aux professionnels de la santé dentaire.
Si vous n'êtes​ pas un professionnel de santé, vous pouvez obtenir des réponses à vos questions par des experts sur Dentagora.fr en activant le bouton Grand Public.

Je suis un professionnel Grand Public

Jeunes installations : les premiers pas … sans fausse note !

0

Vous venez de vous installer, et vous ne pensez qu’à une chose créer votre clientèle, la fidéliser et couvrir l’intégralité de vos charges. C’est effectivement une première étape.

Mais pour réussir votre installation, et l’ancrer dans la pérennité, il y a quelques règles à suivre. Des choix importants seront également à réaliser selon la région dans laquelle vous vous installez tant sur le plan professionnel que sur celui de votre vie privée ; ils auront leur importance plus tard. Vous vous installez et vous êtes dans le secteur médical. Pour autant, cela ne doit pas vous empêcher de vous couvrir en matière de santé, et notamment en cas d’incapacité et d’invalidité, car malheureusement ça n’arrive pas qu’aux autres.

Nous vous invitons à approfondir ces questions notamment en comparant bien des choses comparables. Ne vous arrêtez pas au tarif. Vous devez le comparer avec des garanties équivalentes, et surtout en tenant compte des franchises de 30, 60 ou 90 jours. Si vous préférez des franchises longues car moins coûteuses, assurez-vous d’avoir la trésorerie nécessaire pour faire face à ces périodes d’absence de revenus.

Penchez-vous également sur le caractère professionnel de votre couverture : ainsi dans votre métier la main est essentielle et il existe des assurances dont les garanties seront plus proches de vos spécificités médicales.

Profitez-en également pour opter pour l’assurance perte de chiffres d’affaires qui peut s’avérer très utile. Elle est souvent proposée par vos assureurs en complément des options précédentes. N’hésitez pas à investiguer plus avant, notamment sur les conditions précises de mise en œuvre.

Vous penserez bien évidemment à vous couvrir pour votre responsabilité professionnelle, indispensable et incontournable, notre société étant devenue de plus en plus procédurière.

Une fois équipé en matériel, vous vous interrogerez rapidement sur l’intérêt d’acheter vos murs ou pas. C’est une bonne question notamment pour ceux qui s’installent en province. En revanche, pour Paris/Ile-de-France, les prix au M2 sont tellement élevés que l’achat est très compliqué et entraine un endettement très lourd. Nombreux sont les praticiens en Ile-de France aujourd’hui qui préfèrent louer plutôt que supporter un emprunt trop important pour un  début de carrière alors même qu’ils ne sont pas encore propriétaire de leur résidence principale. De plus, un tel  endettement pourrait obérer gravement leur capacité d’endettement pour d’autres projets professionnels, ce qui serait dommage.

Aujourd’hui, il est vrai que les taux sont très bas. Il est donc très tentant de s’endetter. alors pourquoi pas, mais restez tout de même vigilant. Profitez des taux très bas en optant pour des durées très longues. ainsi, vous pourrez mener plusieurs projets concomitamment comme l’achat de vos murs et de votre résidence principale. Et vous pourrez aussi laisser de la place à  l’investissement locatif afin de diversifier votre patrimoine.

Pour les jeunes installés en province, il est plus aisé d’acquérir vos murs car le budget est généralement plus accessible (à l’exception des cœurs de ville dans les grandes métropoles).

Si c’est le cas, acquérir vos murs est le meilleur moyen de constituer du capital à peu de frais. Masi attention au devenir de la ville où vous vous installez. Nous avons vu certains de vos confrères acheter des murs qui ne valent plus grand-chose aujourd’hui. La crise sanitaire a rendu encore plus complexe ces acquisitions. En effet, elle a engendré des mutations qui propulsent certaines villes dans la lumière quand d’autres sont abandonnées et vouées au désert économique. Donc soyez extrêmement prudent sur ces choix. Il faut avoir une vue à très long terme.

Autre point de vigilance : dès le début de votre activité, durant deux ans, vous allez payer peu de cotisations sociales, mais elles vous rattraperont ! Il convient de les budgéter pour éviter les mauvaises surprises. Et surtout de ce fait, durant ces deux années, vous allez bénéficier de revenus supérieurs qui vous conduiront à payer des impôts importants.

Dès le départ, pensez à mettre en place une stratégie pour que ces impôts vous aident à constituer du patrimoine. Il existe différents dispositifs fiscaux qui peuvent répondre à vos besoins avec des petits budgets pour démarrer quitte à  en réaliser plusieurs dans le temps. Vous diversifierez ainsi votre patrimoine et en cas de coup dur il sera toujours plus aisé de revendre des petits lots…

Ainsi la loi Malraux qui permet de rénover des biens anciens en cœur de ville dans des villes moyennes qui ont le vent en poupe aujourd’hui avec la crise sanitaire. Il en va de même avec les monuments historiques, si vous démarrez très fort. Il s’agit ici de  rénover de l’ancien en cœur de ville, qui devrait tirer son épingle du jeu dès lors que ces villes bénéficient d’une qualité de vie, ce qui est un critère très important actuellement. Mais là encore préférez les petits budgets. Mais restez vigilants quant aux choix de la ville bien sûr.

Avant de réaliser tous ces achats, pensez à aller rendre une visite à votre notaire si vous êtes en couple afin d’opter pour un régime matrimonial adapté à vos professions indépendantes. Ainsi, le régime le plus adapté est généralement la séparation de biens. Il vous permet de vous engager seul sans l’aval de l’autre !

Pensez quoiqu’il arrive, que vous devez constituer du capital pour votre retraite et tous les moyens ne sont pas bons pour ça !!!

En effet, le PER est un outil tout à fait adapté à la constitution d’un capital pour la retraite, mais n’est pas l’outil à privilégier quand vous venez de vous installer. Nous les recommandons en général plutôt à partir de la quarantaine.

En attendant n’oubliez pas de constituer des poires pour la soif sous forme de contrats d’assurance-vie par exemple. Ainsi, vous constituerez du capital qui sera disponible quand vous en aurez besoin. Seul bémol, vous payerez des impôts sur les intérêts lors de la sortie, mais plutôt faibles depuis la flat tax : le prix de la liquidité ! Il est tout de même préférable de payer des impôts sur une plus-value, que pas de plus-value !

En attendant, vos capitaux seront rémunérés et bien mieux que sur les livrets a ou LDD.

Enfin, n’oubliez pas que la constitution de capital par l’investissement immobilier présente le gros atout de couvrir vos proches grâce à l’assurance emprunteur. En cas de décès, le prêt est payé et vos proches sont propriétaires des biens acquis. Donc, pensez que, si vous ne réalisez pas ces investissements, il conviendra de vous couvrir avec une assurance-décès. ainsi, dans l’hypothèse de votre décès, votre conjoint aura les moyens d’élever correctement les enfants.

Conclusion

N’hésitez pas à prendre conseil au fil du déroulement de votre carrière pour vous aider à construire votre patrimoine professionnel et privé.

Partager

A propos de l'auteur

Catherine BEL

Patrimoine Premier
CIF réf. sous n° A043000 par la CIP assoc. agréée par l’AMF


Téléphone : 01 45 74 01 05

Laisser une réponse