En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

LEFILDENTAIRE est un site réservé aux professionnels de la santé dentaire.
Si vous n'êtes​ pas un professionnel de santé, vous pouvez obtenir des réponses à vos questions par des experts sur Dentagora.fr en activant le bouton Grand Public.

Je suis un professionnel Grand Public

Nouvelle convention

0

Reste à charge zéro 0

transitoire

On peut se poser la question de savoir pourquoi les CMU ne bénéficieraient pas d’une telle tarification, sachant que le règlement arbitral avait prévu pour eux une provisoire à 25 € qui correspondait à la base de remboursement.

INLAY-CORE-AVEC-OU-SANS-CLAVETTE

Le règlement arbitral avait maintenu la différentiation entre inlay-core simple dont la base de remboursement était fixée à 90 € et l’inlay-core à clavette dont la BRSS était de 100 €.

COURONNE-METAL-toutes-localisations

Le règlement arbitral n’évoquait pas ces deux types de céramiques dont les tarifs n’étaient pas imposés.

CERAMIQUE-MONOLITHIQUE

Le règlement arbitral n’évoquait pas ces deux types de céramiques dont les tarifs n’étaient pas imposés.

bridge-ceramo-metallique-remplacant-une-incisive

Reste à charge modéré

Cette catégorie n’existait pas dans le règlement arbitral.

couronne-definitive-realisee-en-extemporanee

Le règlement arbitral avait maintenu la différentiation entre inlay-core simple dont la base de remboursement était fixée à 90 € et l’inlay-core à clavette dont la BRSS était de 100 €.

couronne-ceramo-metallique-sur-la-2eme-pm

ceramique-monolithique-hors-zircone-sur-2eme-pm-et-molaires

bridge-ceramo-metallique

deux-faces-ou-plus-composite-ou-metallique

Tarifs libres

couronnes-ceramo-metalliques-sur-molaires

bridge-deux-piliers-et-inter-ceramo-ceramique

bridge-deux-piliers-et-inter-ceramo-ceramique

Si l’on devait faire un résumé de ce qui n’a pas été modifié et/ou des améliorations qui ont été apportées par cette convention, voici ce qu’il faudrait retenir :

  • les inlays deviennent mieux remboursés et c’est un soin qu’il faudra développer au cabinet dentaire même si pour les éléments en métal ou en résine, le tarif est imposé ;
  • l’implantologie n’est pas concernée par cette convention (greffes, chirurgie, prothèses…);
  • les bridges sont exclus, dès lors que le nombre de piliers est supérieur à deux et/ou que le nombre d’inters dépasse l’élément unique ;
  • toutes les céramo-céramiques ont été épargnées ainsi que les provisoires et les inlay-core correspondant à cet acte ;
  • toutes les étapes d’analyse pré-prothétique n’ont pas changé.

Cela pourrait satisfaire un grand nombre de praticiens.

En conclusion

Lire cette analyse et cet article donne mal à la tête, mais appliquer toutes ces cotations différentielles sans se tromper donne le vertige. Le sentiment qui est résulte peut contenir en une phrase « pourquoi faire simple lorsque l’on peut faire compliqué ».

Décidément les taches administratives deviennent de plus en plus envahissantes. Il va donc falloir s’y habituer et surtout trouver des solutions afin que le dentaire reste l’activité principale.

Gageons que les préconisations de l’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales) voient enfin le jour. En effet, peu de temps avant cette nouvelle convention, cet organisme publiait une étude intitulée « Simplification des relations entre professionnels de santé de ville et les administrations » (Tome 1 : rapport, juin 2018). Elle était réclamée par le ministre de la santé afin de… simplifier les rapports des professionnels de santé avec les administrations !

Parmi les multiples constats, l’IGAS retenait que «… Les charges administratives cristallisent le malaise des professionnels de santé. Il ne s’agit pas d’une seule et même cause, mais plutôt de l’accumulation d’irritants qui alimente le sentiment de complexité de l’exercice professionnel. Les motifs d’irritation les plus fréquents sont ceux liés à la facturation et à la gestion des paiements ».

Puis plus loin, « La convention médicale est un texte peu accessible au non-initié » et je rajouterai personnellement « ainsi qu’aux praticiens eux-mêmes » !

Les professionnels de santé doivent faire ce pour quoi ils ont été formés même si les règles ont changé. De toute façon, ils ont vocation à s’adapter aux difficultés qu’on leur impose.

Il faudra en faire de même une fois de plus.

1 2 3 4
Partager

A propos de l'auteur

Philippe Rudyard BESSIS

Avocat à la Cour
Ancien chirurgien-dentiste

Laisser une réponse