En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

Installer une sté ad hoc

0

Le retraitement des dispositifs médicaux selon les protocoles les plus actuels nécessite une salle de stérilisation et une organisation adéquate.

C’est pour cela qu’il faut dès l’installation penser qu’un environnement souillé peut être la cause d’infections transmises au sein du cabinet dentaire et que par conséquent son traitement adéquat est essentiel pour la sécurité des personnes (patients et personnel soignant).

Agencement général

Un agencement adapté des locaux favorise le respect des règles d’hygiène et d’asepsie. La superficie est à prendre en compte en fonction du type d’activité (seul ou en association) et de la nature des actes pratiqués. Il n’est pas possible de fixer une superficie moyenne qui dépendra en grande partie des contraintes immobilières et du prix des locaux. Mais il faut avoir en tête que changer de lieu d’exercice pour avoir plus d’espace, dans le cas d’arrivée des nouveaux associés par exemple, est une aventure qui demande souvent un gros investissement financier et personnel. Alors, autant choisir dès le départ un local spacieux.

Le cabinet, qui correspond à l’ensemble du local, doit être séparé en deux zones distinctes.

Une zone comprenant les locaux de soins et le local de retraitement des dispositifs médicaux (salle de stérilisation).

Cette zone nécessite des mesures d’hygiène strictes. Les locaux de soins doivent disposer de l’équipement nécessaire pour une hygiène des mains (un lavabo sans trop-plein, de préférence isolé des plans de travail, un distributeur de savon liquide, un distributeur d’essuie-mains à usage unique, une poubelle dont l’ouverture est à commande non manuelle).

Une zone comprenant les autres pièces du cabinet : l’accueil/réception, la salle d’attente, le local de stockage, les vestiaires, bureaux, WC mais également une pièce pour le stockage du matériel d’entretien et un espace dédié au stockage intermédiaire des déchets avant leur évacuation. L’entretien de ces locaux est conventionnel.

Les locaux de soins et la salle de stérilisation doivent être individualisés et distincts des autres pièces du cabinet. Ils seront proches les uns des autres et le plus éloigné possible des zones les plus passantes et souillées que sont l’entrée et la salle d’attente.

Les instruments stériles sont stockés à proximité de la salle de soins ou dans celle-ci. En fin d’intervention, le circuit des instruments souillés doit être le plus court possible.

MELAG FRANCE

Toujours innover pour mieux protéger ”

Toujours-innover-pour-mieux-protéger

« En proposant à nos clients des appareils destinés à l’ensemble du flux de travail en cabinets dentaire et médical : des autoclaves, des Laveurs-Thermodésinfecteurs, des thermosoudeuses, des dispositifs de traitement de l’eau, des cassettes et containers, ainsi qu’un logiciel de traçabilité et d’archivage, nous avons l’ambition de soutenir et de rendre leur travail plus sûr et plus efficace. Nous nous engageons au quotidien à mieux protéger les patients et les équipes médicales à combattre les infections. Si notre démarche ne laisse aucune place au compromis, nous garantissons également un niveau de qualité supérieur digne de la technologie Allemande « made in Germany ».

Plus de 145 ingénieurs hautement qualifiés s’investissent au quotidien pour offrir une qualité technique sans égal, nous avons réussi à séduire une clientèle internationale exigeante grâce à ce niveau de qualité, à la sécurité absolue et à la fiabilité de nos produits.

En tant que leader sur le marché international, actif depuis plus de 65 ans dans le domaine de l’hygiène, nous investissons dans la recherche et le développement afin d’améliorer notre gamme existante et de développer des produits inédits encore plus innovants. De cette manière, nous aidons à réduire le risque d’infection au cours des interventions pratiquées partout dans le monde et apportons une contribution essentielle à la santé des habitants de la planète.»

Matériaux de revêtement

AGENCEMENT-GÉNÉRAL

La prévention du risque infectieux implique, pour l’ensemble du cabinet, un choix de revêtement non poreux et facilement lessivable.

Les critères de choix des revêtements des locaux de soins et de la salle de stérilisation doivent également intégrer leur résistance aux produits détergents désinfectants utilisés en routine. Une sélection de ces produits adaptés à l’usage en cabinet dentaire est disponible dans la Liste positive des produits désinfectants dentaires publiée par l’ADF.

Pour les sols, en particulier dans les locaux de soins et la salle de stérilisation, les lés thermoplastiques répondent à toutes les exigences d’hygiène, à condition que la qualité de la pose soit parfaite (chape lisse et joints soudés à chaud imperméabilisés). Ils offrent en outre la possibilité de constituer des plinthes à gorge ou angle arrondi, plus faciles à entretenir.

Les carrelages lessivables sont acceptables dans les locaux à grand passage (couloirs, salle d’attente, sanitaire…) et sont posés de préférence avec des joints souples de très faible largeur.

Dans le cas de murs peints, il faut vérifier si la peinture choisie résistera à des lavages fréquents. Il existe des peintures antimicrobiennes (norme NF X41-520) permettant de ne pas risquer de contamination par l’intermédiaire de micro-organismes souillant les murs. Afin de limiter au maximum les zones dans lesquelles des contaminants peuvent se loger, les revêtements texturés, les moulures, moquettes et tissus sont proscrits.

Au plafond, il faut proscrire les matières poreuses, les plaques perforées et éviter les faux plafonds créant un espace vide permettant l’accumulation de poussières et de microorganismes.

Si les plafonds comportent des dalles, celles-ci devront comporter une finition de surface imperméable et lessivable. Les plafonds peints devront répondre aux mêmes exigences que les murs. Les faux plafonds synthétiques tendus avec joints de fixation peuvent être utilisés.

Cette offre s’applique sur l’ensemble de la gamme W&H assortie de conseils précieux sur la conception de la salle de stérilisation et le traitement des instruments. Nous mettons aussi au service des jeunes praticiens des interlocuteurs dédiés dans toute la France pour les accompagner depuis la faculté jusqu’à la concrétisation du projet d’installation.

DR GAËL MAUDOIGT, Chirurgien-dentiste, Mas Blanc des Alpilles

GAËL-MAUDOIGT

« Qu’il s’agisse d’un seul instrument ou d’un équipement complet de matériel d’hygiène, on prend ce qu’on veut. Le dispositif proposé par W&H est souple et répond parfaitement aux besoins et au budget d’un praticien qui s’installe.

J’ai personnellement fait le choix d’un ensemble de contre-angles et d’instruments rotatifs – 13 au total – essentiel pour démarrer mon activité.

Étant très attentif à la gestion rationnelle des coûts et l’importance d’entretenir les instruments rotatifs, j’ai aussi opté pour le système de location-entretien Akilease. Pas de surprise : je maîtrise complètement les coûts de gestion du parc rotatif du cabinet sur cinq ans. C’est une solution très confortable, surtout quand on s’installe. Au bout d’un an d’exercice, le bilan est extrêmement positif. Le pack 1ère installation, doublé de l’offre Akilease, c’est une assurance tranquillité. »

ARRIVÉES-ET-ÉVACUATIONS

Salle de stérilisation

Organisation générale

Le local servant au retraitement de l’instrumentation sera organisé de manière à assurer la « marche en avant » des dispositifs médicaux du plus sale au plus propre. Ainsi, le matériel sale ne croise pas le matériel stérile : dans la partie « sale et humide » entre l’instrumentation souillée pour y être nettoyée et dans la partie « propre et sèche », les dispositifs médicaux sont contrôlés, emballés, stérilisés et stockés. Ce local est strictement réservé à cette activité.

Plusieurs formes de salles peuvent respecter ces impératifs : une salle tout en longueur ou pourvue des deux plans de travail parallèles ou enfin avec trois plans de travail disposés en U.

Il n’y a pas réellement de solution meilleure que les autres. Ce sont les contraintes architecturales qui déterminent le plus souvent la forme de cette pièce. Il faut penser à la porte ouverte d’un laveur-désinfecteur, situé en fin de partie « sale et humide », qui ne doit pas gêner la circulation dans la salle de stérilisation.

La zone d’entretien des dispositifs médicaux sera pourvue de préférence d’un point d’eau indépendant pour le lavage des mains et d’un bac double pour l’entretien des dispositifs médicaux (1 bac pour le trempage et nettoyage, 1 bac pour le rinçage). Cet agencement peut être modifié en cas d’utilisation d’un laveur désinfecteur.

Arrivées et évacuations

Une arrivée d’air médical, c’est à dire provenant du même compresseur que l’air qui arrive au fauteuil dentaire est nécessaire dans la salle de stérilisation. Cela permet de disposer d’air sous pression à proximité de l’évier pour éliminer les excès d’eau dans certains dispositifs creux. Cette arrivée est également indispensable pour faire fonctionner certains dispositifs comme les automates pour le traitement des PID.

Une arrivée d’eau sous le plan de travail est indispensable pour alimenter un laveur désinfecteur. Il faut prévoir son emplacement de façon à ce que cet appareil ne dépasse pas du plan de travail une fois installé. En cas d’utilisation de cet appareil, il faut également faire installer une évacuation permettant de supporter de l’eau très chaude sans déformation ou fuite (l’eau sort à > 80°C).

Les appareils utilisés en salle de stérilisation sont de gros consommateurs d’électricité, surtout les autoclaves et le laveur désinfecteur. Il faut donc prévoir des prises reparties dans cette pièce et adaptées aux besoins des différents appareils (soudeuse, sécheuse, bac à ultrasons, autoclaves …).

Dans le cas d’un laveur désinfecteur, un abonnement spécifique permettant de l’alimenter avec du courant triphasé est très avantageux. Il permet de limiter la durée du cycle de l’appareil en lui apportant plus de puissance lorsqu’il en a besoin (chauffage en particulier). Cette installation triphasée peut également être mise à profit pour éviter de disjoncter lorsque des appareils gros consommateurs d’électricité (cumulus, autoclaves …) démarrent en même temps.

ECLAIRAGE-ET-VENTILATION

Eclairage et ventilation

La salle de stérilisation doit disposer d’un éclairage suffisant, car les étapes du retraitement des dispositifs médicaux, en particulier la vérification de leur propreté, le nécessitent. Il doit être d’au moins 500 lux au-dessus des plans de travail. Les différents systèmes qui le composent doivent être lessivables, résistants aux agressions chimiques et ne doivent pas pouvoir retenir les poussières.

Le fonctionnement des appareils (autoclave, laveur désinfecteur, bac à ultrasons …) génère du bruit, une augmentation de la température et des vapeurs. Il est donc utile de prévoir une VMC afin de renouveler régulièrement l’air de cette pièce.

Appareils utilisés lors de différentes étapes du retraitement

Le retraitement des dispositifs médicaux inclut la prédésinfection, le rinçage, le nettoyage, le rinçage, le séchage, la vérification du nettoyage, le conditionnement, la stérilisation et le stockage.

La pré-désinfection débute en salle de soins. Elle nécessite des bacs avec couvercles et une solution détergente désinfectante. Les produits à privilégier sont disponibles dans la Liste positive des produits désinfectants dentaires publiée par l’ADF.

Actuellement, le nettoyage ne peut se faire qu’en laveur désinfecteur ou manuellement. Le bac à ultrasons n’est pas considéré comme suffisant pour assurer le nettoyage des dispositifs médicaux.

Un bac à ultrasons est néanmoins toujours utile, car il permet de faciliter le nettoyage ultérieur. Il sera de préférence rempli avec la même solution que celle utilisée dans les bacs de pré-désinfection. Pour limiter le bruit et les émanations, un bac à ultrasons pourvu d’un couvercle est préférable. Sa contenance ne doit pas être trop importante, car tous les dispositifs médicaux n’y passent pas.

Il est actuellement fortement recommandé de disposer d’un laveur désinfecteur pour respecter les protocoles les plus actuels. Cet appareil permettra au minimum et selon l’organisation propre au cabinet dentaire d’assurer les étapes de nettoyage, rinçage et séchage. Cet appareil tient donc un rôle central dans la chaine de traitement. Il doit être choisi avec discernement et satisfaire à la norme NF EN ISO 15 883 parties 1 et 2.

Si le nettoyage est manuel, alors deux bacs (1 bac pour le trempage et nettoyage, 1 bac pour le rinçage) sont à privilégier. Le séchage peut alors être effectué dans une sécheuse de préférence intégrée au plan de travail.

Le conditionnement nécessite l’utilisation d’une soudeuse. Il existe bien des sachets de stérilisation autocollants, mais leur coût est prohibitif pour une utilisation systématique. Le choix d’une soudeuse est parfois délicat.

La place disponible et l’ergonomie joueront un rôle lors du choix. Les soudeuses par défilement présentent de nombreux avantages au niveau de la qualité des soudures, mais également pour leur facilité et rapidité d’utilisation.

La stérilisation se fait en France systématiquement en utilisant un stérilisateur de type B conforme à la norme NF EN 13 060 avec des dispositifs médicaux ensachés et selon un cycle dit Prion (plateau de 134°C pendant 18 min). L’autoclave doit être qualifié à l’installation puis périodiquement. Il est important de s’assurer de ces engagements dans le contrat de vente ou de location pour ne pas avoir de facture supplémentaire à régler. Certains appareils sont reliés à internet permettant leur supervision et le déclenchement éventuel d’une maintenance préventive. De cette façon, ces appareils sont moins souvent indisponibles. Cette connexion permet également l’archivage de tous les cycles ce qui est utile dans le cadre de la traçabilité de la stérilisation.

Enfin, le stockage des dispositifs médicaux stériles peut se faire en partie dans la salle de stérilisation. Cela à l’avantage d’augmenter très sensiblement la durée de péremption. Il faut donc prévoir un espace dédié au stockage dans la partie « propre et sèche » de la salle de stérilisation.

Conclusion

Afin d’assurer un haut niveau d’hygiène et asepsie dans votre cabinet dentaire, une salle de stérilisation bien organisée et équipée est indispensable. Mais il est illusoire de penser que cela est suffisant. Un environnement de travail adapté et le respect par l’équipe soignante de toutes les précautions standard sont également indispensables.

Alors bon courage pour votre instal’ !

Partager

A propos de l'auteur

Dr. Philippe ROCHER

Chirurgien-dentiste libéral
Maître de conférences des universités à Lille 2
Président de la commission des DM de l'ADF

Laisser une réponse