En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

pop-up-enquete-CFAO

All in one day grâce aux implants avec plaque SIT

0

Historique

En 1981, traumatisme facial avec une fracture de Lefort I, et perte de toutes les dents du maxillaire. Depuis, le patient porte un complet du haut.

Plan de traitement

COFFRAGE-DU-PRÉMAXILLAIRE

Anatomiquement, il existe une résorption extrême de l’os vestibulaire sur l’ensemble du maxillaire. Au niveau du prémaxillaire, l’épaisseur osseuse résiduelle est de 2 mm. Il existe deux solutions. Soit on utilise les secteurs postérieurs, ce qui implique deux élévations de sinus en plus de la reconstruction du prémaxillaire, soit on reconstruit uniquement le prémaxillaire dans un premier temps, et dans un second temps, après 5 mois, on réalise une prothèse transvissée sur 6 implants type Paulo Malo, avec une mise en charge immédiate dans la même journée grâce aux implants avec plaque de stabilisation SIT. C’est cette deuxième solution que nous présentons.

Premier temps chirurgical : le coffrage du prémaxillaire

Anesthésie du sous orbitaire et vestibulaire à l’alphacaïne, et incision crestale.

Au niveau du prémaxillaire, il ne reste plus que la corticale palatine, avec un faible potentiel de revascularisation. Ceci nous fait choisir la technique du coffrage par rapport aux appositions osseuses en bloc qui présentent un risque élevé de résorption osseuse.

On réalise un double prélèvement de la branche montante et on obtient 4 blocs de 15 mm sur 12 mm. Un bloc est mouliné pour obtenir des copeaux. Un autre est coupé pour obtenir des entretoises. Les deux derniers sont coupés en deux avec un disque pour obtenir de fines plaques osseuses. L’écartement du coffrage est obtenu en utilisant des entretoises vissées.

L’espace créé est comblé avec un mélange d’os autogène et d’os allogénique.

La partie vestibulaire du coffrage est réalisée avec une fine plaque osseuse reposant sur deux entretoises et maintenue par deux vis.

pose-de-la-plaque

Deuxième temps opératoire

Pose de 6 implants SIT avec 4 plaques de stabilisation et réalisation d’un bridge transvissé dans la journée avec mise en charge immédiate.

Un guide chirurgical a été réalisé auparavant en partant d’un montage sur plaque de cire.

A l’ouverture, on constate que les comblements à l’intérieur des coffrages se sont transformés en os revascularisé. Il est rouge et saigne. A gauche, on note la résorption des deux plaques osseuses vestibulaires.

Le forage pour positionner les implants utilise le guide chirurgical. Le pilier vissé sur l’implant doit sortir à 2 mm en arrière des faces vestibulaires. On place six implants, dont 4 avec plaque de stabilisation.

Protocole de pose de la plaque : Une fois l’implant en place, on pose une plaque de stabilisation qui est maintenue par le vissage d’un pilier multi-unit dans l’implant. Puis, les deux bras de la plaque sont courbés et plaqués sur l’os côté vestibulaire et côté palatin. L’os, au niveau des oeilletons de la plaque, est pré perforé avec une fraise type XXL. Puis, la plaque est stabilisée avec des vis d’ostéosynthèse auto taraudantes.

La prise d’empreinte se fait avec le guide chirurgical solidarisé avec de la résine aux piliers titane vissés sur les multi-units.

Cette technique utilise le guide comme porte-empreinte, et le pilier titane comme transfert. Ceci permet d’avoir sur la même empreinte, la position des implants, la position des dents, la dimension verticale et l’occlusion.

Le bridge transvissé est réalisé dans la journée et mis en place le soir même.

implants-distaux

Discussion

Il ne s’agit pas d’un vrai bridge type Paulo Malo, puisque les deux implants distaux ne sont pas inclinés. En effet, la fracture de Lefort 1 avait entièrement détruit le bord antérieur des sinus D et G, empêchant cette inclinaison. Les 6 implants ont donc été posés verticalement. Se pose alors le problème de la stabilité du bridge en mise en charge immédiate dans un os greffé il y a 5 mois. Ceci a été résolu en utilisant le système HRS (High Retention System) mis au point par la société suisse Saddle Implant Technologies, système composé des implants Saddle 3D et de leur plaque de stabilisation.

Des études biomécaniques* ont été réalisées par le laboratoire de biomécanique de l’université de Marseille. Elles démontrent que, en utilisant une plaque de stabilisation, la résistance aux contraintes de l’implant est augmentée de près de 50 % par rapport à un implant sans plaque. La plaque stabilise l’implant dans les trois plans de l’espace, réduisant les micro-mouvements.

Avec quatre plaques (deux mésiales et deux distales) la stabilité considérable apportée par les plaques a permis sans crainte de mettre en charge le jour même, même dans un os greffé.

stabilité-d’un-implant

Conclusion

Cette propriété des plaques augmente considérablement la stabilité d’un implant et permet d’élargir les indications de ces plaques dans toutes les situations requérant une sécurité accrue. Ainsi, un implant de 6 mm avec plaque a une stabilité primaire supérieure à un implant classique de 13 mm sans plaque (cf. résultats études biomécaniques). Ceci permet même d’assurer la pose d’implants courts de 4 et 5 mm dans les sites à hauteur d’os réduite. Mais également d’éviter les greffes dans les secteurs postérieurs tant maxillaires que mandibulaires, ainsi que chez les diabétiques. En utilisant des implants avec plaque au niveau des 6 dans les cas de all-on -4 ou -6 on supprime les problèmes de porte-à-faux et on parvient même à se passer des implants obliques.

*Etude disponible sur demande auprès de GLAD Medical, SAS.
Contact@gladmedical.com
Contact@saddle-implant.com

Partager

A propos de l'auteur

Dr Guy Maximini

Médecin stomatologue et Chirurgien dentiste
Diplômé de la faculté de Strasbourg

Dr. Philippe DACREMONT

Directeur du Programme d'Implantologie Dentaire
European Dental Center
Moscou - Fédération de Russie

Laisser une réponse