En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

LEFILDENTAIRE est un site réservé aux professionnels de la santé dentaire.
Si vous n'êtes​ pas un professionnel de santé, vous pouvez obtenir des réponses à vos questions par des experts sur Dentagora.fr en activant le bouton Grand Public.

Je suis un professionnel Grand Public

Quelques conseils pour bien demarrer sa carriere professionnelle

0

Le demarrage d’une activite professionnelle est toujours une phase delicate. Le passage du statut de salarie ou collaborateur a celui de praticien liberal independant demeure une étape décisive pour un praticien.

Des choix initiaux errones peuvent avoir de lourdes conséquences a la fois pour les versants professionnels et prives de la vie du chirurgien-dentiste.

Dans le contexte concurrentiel d’aujourd’hui, il faut a mon avis, tout d’abord, bien cibler son futur lieu d’exercice.

Le territoire est large et etendu, pourquoi donc aller s’installer là où la densité de praticiens est déjà très élevée et où les centres dentaires fleurissent ?

Une fois fixe a un endroit, il est souvent delicat de pouvoir migrer vers une autre zone geographique sans y laisser des plumes et subir une forte dose de stress. Le praticien devra ceder son immobilier, perdre du temps a chercher un nouveau point de chute, subir les affres du demenagement, risquer de perdre son staff et dans certains cas se reconstituer une patientele : un veritable chemin de croix, laissant souvent des traces indelebiles dans l’esprit du praticien et son portefeuille !

Il existe par ailleurs en France des zones semi rurales ou des avantages fiscaux consequents sont octroyes. Prenons l’exemple des zones de revitalisation rurale, ou les nouveaux installes peuvent beneficier d’une exoneration fiscale totale pendant 5 ans, puis 75 % la 6eme annee, 50 % la 7eme annee, 25 % la 8eme annee. Certaines de ces zones sont meme parfois a quelques encablures d’une grosse agglomeration, ce qui permet au chirurgien-dentiste de beneficier sur le plan patrimonial de gains fiscaux importants et de profiter des nombreux attraits de la vie citadine.

Ensuite, le jeune praticien se doit de bien calibrer ses investissements, que ce soit en termes de matériel ou d’immobilier. Il est toujours plus facile de monter en puissance dans l’acquisition d’equipement plutot que de se charger au maximum en emprunts ou leasings sans avoir en contrepartie necessairement le rendu escompte.

Mieux vaut courir avec des semelles légères qu’avec des semelles de plomb. dans la duree, cela peut etre usant et penalisant. Il est aujourd’hui possible de trouver de tres bons materiels d’occasion a des prix raisonnables et fournir des prestations de qualite a ses patients. toujours chercher a acquerir la derniere technologie, sans d’ailleurs forcement la maitriser reellement, et vouloir acheter des equipements specifiques dernier cri, dans une phase de demarrage, entraine mecaniquement un accroissement soudain des frais fixes et la hausse du seuil de rentabilite du cabinet.

En matière immobilière, il en est de même. Quand cela est possible, il est parfois judicieux d’acheter une surface limitee mais de pouvoir anticiper un agrandissement futur, afin de pouvoir augmenter le potentiel de production du cabinet en installant ulterieurement des fauteuils supplementaires. Meme en Province, nous rencontrons aujourd’hui des praticiens, qui avec du recul, regrettent de ne pas avoir prevu plus grand et se retrouvent limites dans le developpement de leur structure.

Le sens de l’anticipation doit donc demeurer une qualité essentielle du jeune praticien : est-ce que l’environnement concurrentiel est susceptible d’evoluer en ma defaveur, le pouvoir d’achat de ma zone de chalandise est-il en hausse ou en baisse, mon local serat- il trop petit dans quelques annees, pourrais-je recruter plus facilement, ai-je reellement besoin de ce materiel, ne sera-t-il pas rapidement obsolete en raison des evolutions techniques actuelles ?

Outre une veritable étude marché en ce qui concerne la localisation, le praticien devra necessairement essayer de se projeter au maximum dans l’avenir. Sur le plan juridique, notre futur installe pourra tout a fait demarrer sous la forme individuelle, acquerir des parts de SCM ou s’associer dans une SELaRL en fonction des situations rencontrees. Bien evidemment, avant de s’associer (de se marier devrais-je dire !), il faut bien connaitre ses futurs comparses. Foncer tête baissée dans une association est souvent l’échec assuré et peut entrainer de nombreux desagrements et perte d’argent. Comme le dit la sagesse populaire, il faut se hater lentement. La collaboration libérale demeure une etape particulierement utile pour preparer au mieux une association : outre l’apprentissage technique, elle permet de prendre connaissance du terrain, d’apprecier les relations humaines en vigueur et l’environnement du cabinet. Je vous recommande vivement de vous faire accompagner par un Conseil durant cette phase d’association afin d’eviter les nombreux ecueils que vous pourriez connaitre.

Au niveau financier, assurez vous bien de ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre ! Gérez votre argent avec prudence. Vous n’etes pas joueur de foot ! Ne vous mettez pas des contraintes financieres personnelles trop lourdes. Vouloir tout, tout de suite (la tres grande maison, la belle voiture, la residence secondaire, …), c’est prendre le risque d’etre asphyxie par la dette. Les taux sont bas, alors allez-y, achetez, nous repete-t-on a longueur de journee, investissez ! Quand il s’agit d’investir, l’important c’est le support qui compte, ce sur quoi on investit. Le prix de l’argent n’est qu’un parametre parmi d’autres.

Certains vont egalement sous-estimer les rattrapages d’impôts et de cotisations sociales et se retrouver des leurs premieres annees tres rapidement en difficulte. Il est donc essentiel de mettre en adéquation votre train de vie, qui depend naturellement du lieu ou vous vivez, avec vos revenus presents et futurs. Cela vous semble évident mais de nombreux praticiens nous contactent car ils rencontrent d’enormes problemes dans la gestion de leur tresorerie. Ne dit-on pas que l’argent est un tres mauvais maitre ?

Enfin, pour bien demarrer sa carriere, il est indispensable de se former et pas uniquement dans le domaine medical. La gestion, la communication, le management, l’organisation, le développement personnel, la fiscalité sont des domaines souvent absents des enseignements traditionnels. Le jeune praticien liberal s’il souhaite mener sereinement sa vie professionnelle devra faire l’effort de s’attaquer a ces disciplines, au combien interessantes. Pour conclure, comme l’ecrivait le poete romain terence : ≪ Homo sum ; humani nihil a me alienum puto » : « Je suis un homme ; je considère que rien de ce qui est humain ne m’est étranger ≫ (Heautontimoroumenos, v. 77). Dentairement votre.

Partager

A propos de l'auteur

Julien FRAYSSE

Expert-comptable


Téléphone : 09 81 65 82 51

Laisser une réponse