En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

LEFILDENTAIRE est un site réservé aux professionnels de la santé dentaire.
Si vous n'êtes​ pas un professionnel de santé, vous pouvez obtenir des réponses à vos questions par des experts sur Dentagora.fr en activant le bouton Grand Public.

Je suis un professionnel Grand Public

Contrat d’assurance-vie ou compte titres ? Entre les deux mon cœur balance !

0

Les deux ont leurs intérêts spécifiques, tout dépend de vos objectifs.

Le compte titres présente l’avantage de la souplesse et de la disponibilité. C’est cette dernière qui motive en général nos clients.

Compte titres – un large éventail d’investissements…

Vous pouvez mettre toutes sortes d’outils à l’intérieur y compris des foncières cotées et des valeurs étrangères, des placements collectifs (SICAV, FCP) et des titres en direct. C’est son atout …l’éventail est large. Un compte titres permet l’accès à l’intégralité des supports d’investissements des places boursières et non uniquement ceux sélectionnés par l’assureur (assurance-vie). Il est aisément transférable entre établissements financiers.

Impots a payer ou capitalisation ? Y’a pas photo !

En revanche, la rançon est la fiscalité qui est peu favorable même si elle a été sérieusement améliorée. Ainsi, les plus-values sont désormais taxées à 30 % tout compris, ce qui est un net mieux pour tous ceux qui sont imposés dans la tranche d’imposition au-delà de 30 % (par rapport au barème et abattements). Pour les dividendes, même chose, c’est un net mieux aussi avec la flat tax dès la tranche à 30 %.

Mais dès que vous effectuez un arbitrage dans un compte titres (vente suivie ou non d’un nouvel achat) ou que vous encaissez un dividende, vous payez des impôts ! Alors qu’avec l’assurance-vie, vous ne payez des impôts que lorsque vous sortez du contrat. En attendant, vous pouvez faire des arbitrages, encaisser des revenus, tout est capitalisé ! Bref, votre argent peut faire des petits en toute quiétude.

Vous avez certes le PEA qui peut également vous apporter cet avantage fiscal ; seul bémol, les titres que vous pouvez inclure dans cette enveloppe sont plus limités. Ainsi, vous ne pouvez investir en foncières cotées et vous êtes limité en termes de valeurs étrangères.

La trésorerie est rémunérée…

Si vous faites des ventes dans vos comptes titres ou PEA, la trésorerie ne peut être placée actuellement de manière rentable en attente d’un nouvel investissement, le monétaire ne donnant qu’une rémunération négative pour l’heure.

Alors qu’en assurance-vie, les fonds en attente d’investissement (par exemple si vous souhaitez rester peu exposés aux placements risqués durant un certain temps) peuvent être placés sur le fonds euros et bénéficier d’une rémunération (de 1.20 % à 3.40 %) et d’une garantie en capital.

La transmission est préparée… ou pas !

Le compte titres comme le PEA tombent tous deux dans la succession et sont soumis aux droits de mutation.

En revanche, avec l’assurance-vie, vos capitaux bénéficient d’une exonération de droits de mutation à hauteur de 152 500 € par bénéficiaire et par souscripteur.

Le véritable intérêt du compte titres ou du PEA : investir en bourse

PEA – Comme pour l’assurance-vie, on ne paye d’impôts que si l’on retire de l’argent de son compte. A l’inverse, vous ne payez pas d’impôts si vous cédez des titres au sein de votre enveloppe d’investissement sans sortir du PEA. Gardons toutefois en tête qu’il n’est pas possible de verser plus de 150 000 € sur un PEA et un retrait d’argent entraîne automatiquement la clôture du PEA s’il est effectué avant 8 ans de détention ou l’impossibilité de verser de nouvelles sommes s’il est effectué après 8 ans.

Si vous faites de la bourse, si vous êtes un mordu des marchés financiers clairement, vous avez tout intérêt à préférer cette forme d’investissement. Vous serez libre de vos mouvements.

La disponibilité rapide de vos fonds

Vous souhaitez disposer rapidement de vos capitaux, du jour au lendemain même si la liquidité a un prix, alors effectivement vous devez opter pour le compte titres.

Sur un compte titres, vous pouvez passer vos ordres par internet, et hop c’est sur le compte ! Récupérer des capitaux sur votre assurance-vie, prendra un certain temps (pour les compagnies les plus réactives, une huitaine de jours).

L’avance, un prêt sur vos contrats d’assurance-vie

Peu connu de nos lecteurs, l’avance est un prêt sur vos contrats d’assurance-vie. Son montant est variable selon les contrats, elle peut varier de 50 à 80 % selon la composition de vos contrats (fonds euros ou unités de compte). Bien sûr, elle a un coût, nettement supérieur au taux d’intérêt bancaire mais son atout est de ne dépendre que de votre volonté quand vous avez besoin ! Son coût, est lui aussi variable selon les contrats.

Le crédit in fine, souvent plus facile avec l’assurance-vie

Vous demandez un prêt in fine ou un prêt amortissable et vous souhaitez apporter en garantie votre compte titres ou votre contrat d’assurance-vie. Le contrat d’assurance-vie sera accepté (sous réserve de la nature des investissements) beaucoup plus facilement en général que le compte titres.

En conclusion, comme souvent, la réponse à la question dépendra beaucoup de vos objectifs.

Partager

A propos de l'auteur

Catherine BEL

Patrimoine Premier
CIF réf. sous n° A043000 par la CIP assoc. agréée par l’AMF


Téléphone : 01 45 74 01 05

Laisser une réponse