En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

LEFILDENTAIRE est un site réservé aux professionnels de la santé dentaire.
Si vous n'êtes​ pas un professionnel de santé, vous pouvez obtenir des réponses à vos questions par des experts sur Dentagora.fr en activant le bouton Grand Public.

Je suis un professionnel Grand Public

Les fluides d’arrivées air et eau

0

Votre équipement dentaire doit être raccorde en air et en eau afin de pouvoir fonctionner correctement. Or la plupart du temps, personne ne se préoccupe de savoir si tout se passe bien a ce niveau tant qu’il n’y a pas de panne, ou pire encore, d’inondations.

Le but de cet article technique est de vous aider, lors d’une création de cabinet ou de l’installation d’un nouvel équipement (ou de périphériques), a faire les choses dans les règles, afin de minimiser les problèmes postérieurs.

équipement-dentaire

L’air

L’alimentation et le raccordement en air comprime ne vous poseront quasiment pas de problème, si au départ, ils sont bien gères.

Un compresseur, sauf exception, vous délivre de 8 a 10 bars de pression en sortie de cuve ! C’est beaucoup trop pour un équipement dentaire, et plus encore pour un périphérique. En général, vous avez besoin de raccorder ces matériels entre 4,5 et 5,5 bars de pression, suivant les recommandations constructeurs. Les fabricants de compresseurs actuels ont tendance à ne plus monter de détendeur de pression (encore appelé « régulateur ») et de manomètre en sortie de cuve, pour des raisons de prix et de compétitivité entre eux. Si votre compresseur n’en est pas équipe, je vous conseille vivement d’en installer un en entre le compresseur et les matériels a alimenter.

Pour éviter les jours de chômage technique futurs, vous pouvez aussi recycler votre ancien compresseur (s’il n’est pas avec lubrification d’huile) même s’il était prévu pour moins de fauteuils. En cas de pépin, il dépannera tout de même, le temps que le technicien de votre dépôt favori intervienne.

les-matériels-à-alimenter

Lorsque l’on parle de “fauteuils” pour un compresseur, nous parlons de fauteuils actifs, avec un praticien qui y travaille. En règle générale, il faut compter 50 litres / mn a 5 bars par praticien.

Afin d’optimiser votre installation d’air, je vous recommande chaudement le type d’installation ci-dessus. Le compresseur principal (1) est raccorde directement au réseau de consommation grâce à la vanne 1/4 de tour ouverte “V C1”. En cas de panne de ce compresseur, vous pourrez fermer cette vanne et ouvrir l’autre “V C2” en démarrant le compresseur 2.

En sortie de compresseur, on intercalera un “mano-détendeur avec filtre éventuel” que l’on ajustera entre 4,5 et 5,5 bars, en fonction des matériels installes et de la longueur des tuyauteries. Il faut savoir qu’un phénomène de “pertes de charge” du aux frottements du fluide sur les parois internes des tuyaux, crée des déperditions.

L’idéal pour l’air du cabinet est d’utiliser des tuyaux en cuivre de 10 x 12 mm, et de 12 x 14 mm pour les très grandes longueurs (supérieures a 20 m).

L’isolation de chaque cabinet, si vous en possédez plusieurs, est impérative. Si un cabinet pose problème, vous pourrez l’isoler, au lieu de couper les vivres a tout le monde ! Bien entendu, vous veillerez à prévoir pour votre (vos) compresseur(s) :

  • Un local non poussiéreux,
  • Une bonne ventilation,
  • Une commande de coupure électrique accessible, dans le cabinet, pour éteindre en fin de journée le(s) compresseur(s),
  • Qu’il(s) ne ré-aspire(nt) pas les rejets d’air vicie de votre aspiration chirurgicale,
  • Qu’il(s) se situe(nt) en zone “hors gel”.

Algues-et-micro-organismes

L’eau

Le sujet est bien plus délicat, car l’eau est très souvent à l’ origine de problèmes majeurs dans les équipements dentaires :

  • Calcaire
  • Algues et micro-organismes
  • Sable
  • Boues
  • Rouille, limailles
  • Chlore et autres…

Il faut donc prendre les devants avant que les problèmes ne vous barrent la route. Pour cela, il faut déjà que votre cabinet dispose d’un dispositif de coupure d’eau générale accessible et efficace, et non un vieux robinet entartre et complètement coince, se trouvant dans le fond d’un placard surcharge ou dans un coin inaccessible des toilettes !

coupure-d'eau-general

L’idéal est la vanne 1/4 de tour accessible, que vous couperez tous les soirs !

Si vous êtes septiques, voyez les assureurs et demandez leurs de vous parler du nombre de dégâts des eaux provoques par les dentistes (fuites d’eau de nuit, les week-end…).

Apres cette vanne 1/4 de tour de coupure générale, il est vivement conseille d’isoler vos équipements par un dispositif de traitement de l’eau, afin d’éviter les bonnes choses de notre liste précédente.

Pour le calcaire, beaucoup vous direz d’installer un adoucisseur d’eau, solution de réduction de la dureté de l’eau qui remplace les ions calcium et magnésium par des ions sodium. Le degré idéal de calcaire se situe entre 4 et 12°f.

Personnellement, je n’aime pas beaucoup cette solution, qui est très coûteuse à l’achat (1000 à 2 500€ + installation) et à l’entretien, avec des problèmes a la clé si l’entretien ou les réglages sont mal faits.

Il existe des solutions avec des cartouches a billes de silicophosphates, qui durent environ six mois, et qui limitent les dépôts de calcaire dans les installations.

Pour ménager la durée de vie de cette cartouche de silicophosphates et en même temps les organes de vos équipements, il sera nécessaire d’interposer entre elle et votre vanne de coupure générale, un filtre anti-impuretés d’au moins 25 μm.

colmatage-du-filtre

Il existe des blocs tout prêts de deux cartouches (environ 150€), muni d’un support mural et d’un jeu de trois vannes 1/4 de tour servant de ‘‘By-Pass’’ en cas de colmatage du filtre, ou de fuite d’une cartouche.

1. Cartouche filtrante 25 μm, a changé tous les ans, sauf en cas de travaux importants sur le réseau de distribution d’eau local.
2. Cartouche anti-calcaire avec des billes de silicophosphates, a changé deux fois par an (plus si l’eau est très dure).

A : Vanne de passage “Amont”
B : Vanne de passage “Aval”
C : Ouverture directe du By-Pass. Dans ce cas, fermer les vannes “A” et “B”.

Nota : Évitez autant que possible le passage direct, pensez plutôt a changer préventivement et périodiquement vos cartouches.

Pour connaitre le degré de dureté d’eau de votre localité, adressez-vous a votre compagnie de distribution d’eau.

En général, cette disposition en amont de vos équipements vous évitera beaucoup de problèmes, et captera la plupart des résidus qui viendraient colmater vos équipements.

Apres ces deux précautions sur votre arrivée d’eau générale, il faut aussi penser a la distribution vers vos équipements.

Pour qu’ils fonctionnent sans trop de fuites, il faut limiter la pression de l’eau. Un équipement dentaire n’a pas besoin de plus de 2 bars maximum de pression d’eau. Au-dessus, c’est prendre des risques inutiles. S’il n’y a pas assez d’eau sur les instruments, il faut déjà vérifier les filtres de l’équipement et petits passages dans les cordons et raccords d’instruments. Augmenter la pression d’eau pour avoir du spray n’est pas normal.

les-équipements-dentaires

En général, les équipements dentaires disposent de leurs propres régulateurs d’eau, mais si la pression de votre cabinet excède 5 bars, je vous suggère de faire installer par un plombier un détendeur sur l’arrivée générale d’eau.

Ensuite, vous prévoirez, comme pour l’air comprime, une vanne 1/4 de tour de coupure pour chaque équipement, vannes que vous couperez lors de l’inutilisation d’un poste de travail. Apres avoir ferme la vanne, il faut penser à décompresser le circuit, en déclenchant une commande d’eau (gobelet, seringue en position “froide”…). Il faudra manipuler les vannes au moins une fois par semaine, si vous ne voulez pas qu’elles soient complètement bloquées le jour ou vous en aurez besoin.

Partager

A propos de l'auteur

Georges BLANC

Foxy études & développement

Laisser une réponse